Temps de lecture : 2 min

Les écarts de score entre les équipes au sein du championnat de l’Élite 1 sont parfois assez importants d’un match à l’autre. Une frustration qui se fait ressentir parfois chez les joueuses.  Retour avec Céline Bourrilot qui nous explique comment la FFR souhaite remédier à cette problématique (vice-présidente de la FFR en charge du rugby féminin).

Crédit Photo : Babinet Photography

Mieux répartir les joueuses sur le territoire :

On souhaite avoir un championnat plus équilibré. Pour cela il faut qu’on ait des potentiels mieux répartis sur le territoire. On se rend compte que beaucoup de nos internationales sont concentrées dans 3/4 associations. Leurs structures et leur développement pour le rugby féminin fait qu’elles sont un peu plus en avance que les autres.

Accompagner les clubs dans leur soutien aux joueuses :

Aujourd’hui, notre ambition nous FFR c’est d’accompagner les clubs d’élites pour qu’ils proposent un accueil de qualité aux joueuses sur tous les composantes de la performance : soins, récupération, double projet. Certaines sont professionnelles, semi-professionnelles, d’autres ne le sont pas. Il y a un double projet qu’il faut vraiment maintenir. Les filles doivent avoir un projet de vie.

Développer les mêmes structures sur l’ensemble du territoire :

On n’empêchera pas les filles d’aller à Montpellier, Toulouse, Blagnac. Elles sont libres de faire ce qu’elles veulent et on ne le leur imposera pas de club. En revanche, on va faire en sorte qu’il y ait une meilleure répartition sur le territoire. Dans les saisons futures, chaque fille pourra choisir son club en fonction de ses affinités et pas parce que tel club a les meilleurs médecins, structures etc.

Pour ceux et celles qui veulent aller plus loin, en début de semaine, nous avons fait un point sur la création d’une nouvelle commission pour l’Elite 1 et 2.