Haut

Charlotte Escudero (JOJ) : “On espère ramener une médaille, voir la médaille d’or”

Charlotte Escudero (JOJ) : “On espère ramener une médaille, voir la médaille d’or”

Temps de lecture : 4 min

Charlotte Escudero, revient sur la préparation de l’équipe de France U18 pour les Jeux olympiques de la Jeunesse en Argentine et son rôle dans l’équipe en tant que capitaine.

 

Charlotte Escudero

Charlotte Escudero

                  

Qu’est-ce qu’on ressent à quelques jours des Jeux olympiques de la jeunesse ?

On a toute hâte de partir en Argentine. La semaine à Marcoussis a été longue. C’est notre premier grand voyage loin de chez nous. On est toute impatiente de partir . On a un peu de pression, mais il y a surtout beaucoup de joie.  

 

Comment va s’organiser votre voyage ?

On va passer une longue matinée à la douane. Ensuite, on va rejoindre le village olympique. On va avoir quelques réunions et on va participer à la cérémonie d’ouverture.

Avez-vous des attentes particulières ?

On espère ramener une médaille, voir la médaille d’or. Ça va être super, car on va rencontrer d’autres athlètes comme tous les athlètes seront dans le même village. On espère aussi découvrir un nouveau pays, une nouvelle culture et une nouvelle langue. Après le tournoi, on aura trois jours off, peut-être qu’on pourra profiter du pays.

 

Comment s’est déroulée votre qualification ?

À Vichy, on a décroché la première place et on a gagné tous nos matchs sans prendre de point. On a eu plus de facilité que les autres équipes par rapport au temps. Il pleuvait beaucoup. Nous ça nous a permis de nous resserrer. Sur les Jeux olympiques, on va rencontrer la Nouvelle-Zélande et le Canada, c’est des équipes qu’on redoute.

 

Comment s’est passée votre préparation pour les Jeux olympiques ?

On savait qu’on devait passer des vacances sportives. On ne devait pas se relâcher, car le groupe pour les Jeux olympiques n’était pas donné. Il fallait encore bosser, rien n’était acquis. L’équipe de Vichy n’allait pas forcément partir en Argentine. On avait toute un programme avec des axes de travail. Pour ma part, c’était plus le jeu aérien pour d’autres, c’était le jeu au pied. Au total, on a eu deux stages pour préparer les jeux.

 

Comment avez-vous préparé la compétition cette semaine ?

On était sur deux entraînements par jour, un le matin et un le soir. Le matin, ce sont plus des ateliers techniques, de passes, de plaquages. L’après-midi, on s’est concentrée sur des oppositions. On a eu la chance d’avoir les filles du pôle et de France développement avec nous. Ça nous a permis de travailler contre une opposition meilleure que nous, c’était très intéressant.

 

Penses-tu que l’équipe a évolué depuis votre titre européen à Vichy ? Pourquoi ?

À Vichy, on avait une bonne ambiance dans le groupe. Mais aujourd’hui, c’est encore mieux au niveau de l’état d’esprit. On est très soudée, on rigole beaucoup, on a évolué sur la cohésion d’équipe.

Tu seras capitaine lors de ces Jeux Olympiques, comment vis-tu cela ?

Il y a un peu d’appréhension, mais c’est aussi beaucoup de plaisir. Je suis un peu stressée, car je ne m’y attendais pas comme Alexandra Chambon était capitaine (blessée à l’épaule, elle ne participera pas aux Jeux olympiques) . Mais d’un autre côté,  je suis contente, car c’est une fierté d’être capitaine de l’équipe de France. Les coachs n’attendent pas que le capitaine fasse de grands discours. Mon rôle sera surtout de montrer l’exemple.

 

Il vous manque une joueuse importante, Alexandra Chambon, qui s’est blessée la semaine dernière à l’épaule..

On s’attendait à ce qu’elle ne puisse pas venir avec sa blessure. Ça nous a toutes attristées. C’était un élément fort, elle dynamisait bien le groupe, c’était la capitaine, elle poussait tout le monde vers le haut. 

La composition de l’équipe et le calendrier des matchs sont disponibles içi.

 

 

Crédit Photo : Fédération Française de Rugby 

Laisser un commentaire

Share This