Temps de lecture : 7 min

Age: 22 ans

Surnom: Cathy mais sur le terrain surtout Catoche

Situation: Etudiante

Poste: A XV second centre et à VII, talon ou 9

Depuis quel âge joues tu au rugby?

J’ai commencé le rugby à 13 ans, à l’école de rugby, donc j’ai fait deux ans avec les garçons.

Comment as tu commencé, es-tu issue d’une « famille rugby »?

Disons que mon père a toujours apprécié le rugby, sans pour autant nous pousser à le pratiquer mes sœurs et moi. Pourtant, deux de mes grandes sœurs ont décidé une année de créer une équipe avec quelques copines (à Fontenay-aux-roses). J’ai suivi leurs pas deux ans plus tard ! J’ai également deux cousines qui jouent. Dans notre famille, il y a plus de filles que de garçons qui jouent au rugby!

Comment as-tu vécu le changement équipe de garçons/équipe de filles?

C’était assez naturel de jouer avec les garçons, il y avait quelques autres filles dans mon équipe et notre coach ne faisait pas de différence entre les garçons et les filles, surtout qu’on était encore assez jeunes, ce qui diminuait encore plus la distinction qui pouvait être faite.

Je suis passée des garçons aux filles en arrivant à la Réunion, donc un endroit où j’ai joué à VII et où la culture rugby est moins ancrée qu’en métropole. J’étais très surprise au début parce que je trouvais que les filles parlaient beaucoup et discutaient trop ce que disait le coach, si j’avais fait ça en minimes, je me serais pris trois tours de terrain, et toute l’équipe aurait fait dix pompes à cause de moi! Sinon le jeu était beaucoup plus réfléchi (notamment grâce aux questions que les filles posaient).

Comment cela se passe le rugby à la Réunion?

On faisait plus de technique vu que c’était du rugby à VII. A la Réunion toutefois, il manque de filles et on rencontre souvent les mêmes personnes sur les terrains, vu le nombre restreint d’équipes. Toutefois il y a une sélection à 7 qui ce fait tous les deux ans il me semble, pour jouer contre les sélections de Mayotte, Madagascar, l’Afrique du sud et l’île Maurice au cours d’un tournoi.

Ensuite, dans quel club as tu joué?

Après la Réunion je suis rentrée en métropole et me suis mise au rugby à XV au RCPXV, sous les conseils de ma cousine. J’ai commencé à l’aile et j’étais super contente de faire de grands déplacements avec toute l’équipe ha ha! Ce rugby m’a beaucoup rappelé celui que je jouais en minimes : plus collectif et plus pugnace! C’était aussi bizarre de se remettre à jouer dans le froid! Ensuite j’ai évolué au centre.

Au bout de deux ans au RCPXV, j’ai déménagé à Nantes où je me suis engagée d’une part dans une équipe à XV, à l’ANRF (encore une fois ma cousine m’avait préparé le terrain! ) et dans du rugby à 7 universitaire au sein de mon école. Le niveau et le jeu entre ces deux équipes étaient complètement différents, ce qui m’a permis de continuer à progresser et apprendre de nouvelles choses, je coachais l’équipe universitaire, et ce que j’apprenais en club me servait énormément et me permettait de continuer à progresser sur tous les plans : physique, technique, tactique.

Au bout d’un an et demi j’ai dû retourner à Paris et donc au RCPXV, c’était génial de retrouver les copines! Puis je suis partie à Sydney pour un semestre où j’ai trouvé un club (à vrai dire, avant même de trouver un logement! ).

Comment as-tu vécu les différents changements d’équipe?

Le changement des équipes s’est toujours bien passé. Pour moi le rugby est aussi un moyen d’intégration dans un nouvel endroit. Le jeu en équipe et l’intérêt commun pour le sport permet de créer des liens assez forts, et de se faire de bons amis dans un nouvel endroit. De plus, au rugby féminin, il y a une mixité hyper importante : en termes d’âge, de métiers, d’intérêts etc.. ce qui rend l’échange encore plus enrichissant. Et les équipes féminines sont toujours très accueillantes envers les nouvelles recrues! J’ai toujours été la bienvenue dans les clubs, ce qui est très agréable!

Et en Australie, le rugby c’est comment?

Il y a quelques différences au niveau du rugby. Premièrement, la saison est coupée en deux « sous-saisons » concernant le rugby : il y a une saison à XV et une saison à VII. Beaucoup de joueurs et joueuses pratiquent donc les deux. Je suis arrivée en Australie à la fin de la saison à XV, j’ai donc fait du VII. La première grosse différence est sans hésiter le physique des joueuses. Elles sont toutes très physiques et très musclées, ce qui est impressionnant. Leur niveau technique est aussi très élevé. Par ailleurs, en Australie, ils pratiquent beaucoup plus le rugby à XIII (National Rugby League).. ils ne portent donc pas le même intérêt au rugby à XV ou VII (Rugby Union). Ils ont aussi un sport qui s’appelle l’Australian Football (AFL), un genre de mélange avec le rugby, le foot américain et autres.. c’est très particulier mais cela demande d’être très adroit au pied! Si je parle de l’importance de ces deux sports, c’est parce qu’on ressent parfois leur influence dans le jeu au rugby union (XV ou VII). L’influence du XIII rend le jeu plus séquencé au rugby union, et l’influence de l’AFL fait que les filles utilisent beaucoup plus le jeu au pied, même à VII.

Tu viens de participer au Central Coast 7, le plus gros tournoi 7 hors World Series! Whaouh bravo, alors c’était comment?

Tout d’abord je me suis sentie très chanceuse! J’étais venue sur le tournoi en pensant que ce serait un tournoi assez simple. Une équipe avait besoin de joueuses supplémentaires et je me suis portée volontaire sans trop savoir ce qui m’attendait.
Puis j’ai lu un article sur le tournoi sur la page de « Rugby au féminin » et je me suis dit « tiens mais c’est le nom du tournoi auquel je vais! » Ensuite j’ai appris dans la foulée par mes coéquipières que nous avions dans notre poule les Fidji, une sélection des USA et une autre équipe très forte d’Australie…
J’étais partagée entre l’excitation et l’anxiété!
C’est impressionnant mais ça m’a permis d’avoir un meilleur aperçu de mon niveau et c’était un sacré défi aussi bien sur le plan individuel que collectif! Quand on se dit qu’on a pu faire douter la sélection USA par exemple, c’est très satisfaisant! C’est une super expérience de pouvoir jouer contre des joueuses de ce niveau, de plus on a pu voir jouer les autres équipes comme le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande… Une superbe opportunité!

Cathy et son équipe ont perdu leurs matchs de poule mais elles ont ensuite remportés leurs matchs de la seconde journée pour remporter la BOOT! Bravo!

Merci à toi, Cathy, pour cet interview!